Slide Left Slide Right

IL ÉTAIT UNE FOIS…

 

Il était une fois un oiseau, un tout petit oiseau.

Il n’était pas très plumé, mais il était tout doré.

Il volait au travers les champs fleuris d’étoiles

au-dessus des vallées et des rivières.

 

Un jour il se posa sur une branche entre ciel et terre.

 

Au travers les feuilles il a vu une ronde d’amis,

Ils étaient au moins sept ses amis.

 

Un bon matin, ils ont commencé un grand jeu à Compton.

Ils ont fait la ronde et ils ont tissé un beau nid,

Bien rond, ni trop grand ni trop petit.

Et l’Oiseau d’or est descendu s’y reposer.

 

Il était bien nourri dans ce nid,

il s’est mis à grandir, grandir, grandir…

Le nid est devenu trop petit.

 

Alors les Amis de l’Oiseau d’or ont construit un nouveau

nid au bord du lac à North Hatley.

 

Cette année-là, ils étaient suffisamment d’amis 

pour fonder le Jardin de l’Oiseau d’or!

Ils le voulaient d’éducation Waldorf en Amérique du Nord.

 

En mille neuf cent quatre vingt dix, ils ont formé une assemblée.

Ça n’arrive pas souvent dans la vie que des amis décident de s’incorporer.

Ils ont créé une institution, une œuvre d’intérêt public,

une personne morale qui grandit depuis ce temps!

 

Ils ont mis la main à la pâte.

Une vingtaine d’enfants sont venus.

 

L’Oiseau d’or était heureux dans ce nid!

Mais il s’est mis à bouger, bouger, bouger…

Il fallait encore changer de nid.

 

Alors les Amis de l’Oiseau d’or ont rebâti un nouveau nid

à Lennoxville dans l’école de la rue Speid.

 

Cette année-là, ils étaient au moins sept.

Ils ont pioché pour tout organiser.

Le grand cycle des fêtes a commencé 

avec une nouvelle lanterne chaque année.

 

Les enfants étaient heureux dans ce nid pourtant!

Mais l’Oiseau d’or s’est mis à gigoter, gigoter, gigoter…

Il voulait encore s’envoler.

 

Alors les Amis de l’Oiseau d’or ont déniché un abri rue Conley.

 

Cette année-là, ils étaient au moins sept.

Ils étaient assez pour peaufiner le nid.

Il y avait tant à faire.

Les enfants étaient bien au bord de la rivière.

 

L’Oiseau d’or était bien nourri pourtant dans ce nid,

mais il s’est mis à changer, changer, changer…

Il voulait se transformer. 

 

En réalité il avait encore et toujours son cœur migrateur.

Il fallait chercher un nid meilleur.

 

En 1998, les Amis de l’Oiseau d’or étaient tannés de déménager,

de rebâtir encore et chaque fois un nid solide et chaleureux.

Ils ont décidé de jouer un grand tour à l’Oiseau d’or,

de trouver une forêt si merveilleuse qu’il voudrait toujours y rester.

Et je crois bien qu’ils ont trouvé.

 

Ils étaient au moins sept, au cours de ces années-là.

Ils étaient assez d’amis, d’éducatrices et de parents,

pour construire et animer ce confortable nid de la rue Charlotte.

 

L’enthousiasme coulait en abondance

pour ouvrir un Centre de la Petite Enfance.

 

Au bout de vingt ans, l’Oiseau d’or n’a plus le cœur migrateur.

 

On a bien des raisons de fêter aujourd’hui :

ces Amis de l’Oiseau d’or qui ont persévéré année après année,

leurs actions et leur amour pour l’Oiseau d’or.

On fête tous les enfants qui ont connu l’Oiseau d’or. Et ceux qui viendront.

 

Voilà le petit conte de nos vingt ans.

Souhaitons à l’Oiseau d’or de s’émerveiller encore longtemps.

 

Et s’il n’est pas mort. Il vit encore!